Interview - Bérénice Chéronne KOUAME - EPISTROPHE : Nom de domaine et services numériquesEPISTROPHE : Nom de domaine et services numériques
2 mai 2019
Comments Commentaires fermés sur Interview – Bérénice Chéronne KOUAME
Category Actualités
2 mai 2019, Comments Commentaires fermés sur Interview – Bérénice Chéronne KOUAME

INTERVIEW

Je me nomme Bérénice Chéronne KOUAME. Je suis en activité chez SODISTRA où je suis chargée de
gérer les achats et approvisionnements.
Mon principal but dans la vie est de muscler le Leadership des filles non scolarisées que je côtoie. Je
le fais à travers une organisation que j’ai mis en place il y a quelques mois.
En effet, mon combat pour ces filles est de leur permettre d’être épanouies en passant par leur
autonomisation (Financière). J’ai 21 ans, je suis titulaire d’un Brevet de technicien et en année de
Licence 3 en Logistique et Transport.

Ma passion pour la logistique est venue du fait que j’ai axé mon parcours sur celle-ci (la logistique)
grâce au stage obtenu après le BTS. J’ai découvert en profondeur le domaine des achats ainsi que ma
passion cachée pour la Logistique (ce domaine me fascine).
Aujourd’hui, j’aimerais donner un sens à ma vie, en apportant ma petite contribution à
l’épanouissement de la jeune femme non scolarisée en lui permettant d’avoir un métier décent. C’est
ainsi que m’est venue l’idée de mettre en place une ONG qui me donne la casquette
d’entrepreneure.

J’ai plusieurs souvenirs mais je partagerai celle-ci avec vous.
D’abord, après l’obtention du BAC, j’ai été orienté en RHCOM, mais je rêvais de faire la médecine (La
logistique n’était pas mon choix)
J’ai donc opté pour un transfert en médecine où j’avais commencé les cours durant un mois et demi.
Ensuite, j’ai appris que mon transfert (qui avait auparavant marché) n'était plus d’actualité. Que
faire ? Il fallait soit perdre l’année, soit allée m’inscrire là où j’avais été orientée.
Je me suis donc rendue dans un autre établissement pour me renseigner vu l’avancé de leur
programme annuel. J’ai opté ce jour-là pour la Logistique. J’y suis allée donc par défis et non par
passion, car il semblerait que ce n’est pas une filière de ‘’fille’’. Aujourd’hui je suis fière d’avoir réalisé
cet exploit et j’en ris.

Les qualités qu’il faut avoir pour ces deux aspects (chef d’entreprise et responsable achat/logistique),
selon moi :
Tout d’abord, il faut se connaitre soi-même, connaitre ses forces et ses faiblesses, mieux utiliser ses
forces et travailler ses faiblesses

Ensuite, avoir une vision claire et stratégique, mieux structurer ses taches.
Enfin, être persévérant et patient car la patience et la persévérance sont des qualités essentielles.
Dans le domaine des achats, vous devriez possédez des aptitudes dans le management, la vente, la
négociation, être une force de proposition dans le choix des fournisseurs tout en ayant évalué le
rapport qualité-prix. LES ACHATS NE DOIVENT PAS FAIRE DEPENSER L’ENTREPRISE MAIS PLUTOT LA
FAIRE GAGNER DE L’ARGENT.

Au cours des 5 prochaines années à venir, je veux être une experte reconnue dans le domaine du
management de la logistique et du commerce internationale car un parcours international
m’intéresserait, de plus être capable de gérer les projets de façons autonome.

Je dirai aux personnes qui ont peur de se lancer dans la Logistique que Ce métier est passionnant,
très porteur et devient incontournable aujourd’hui dans la hiérarchie de nos entreprises.

Alors, par mes actions, je veux réduire la pauvreté tout en permettant aux jeunes femmes non
scolarisées d’avoir un emploi décent, une formation sur les usages basiques des TICs pour ainsi leur
permettre d’être autonomes et épanouies.
Nous constatons Chaque année 15 millions de filles qui sont mariées avant l’âge de 18ans (soit 28
filles par minute) https://bit.ly/2jMROTs , elles sont donc déscolarisées ou pas scolarisées du tout, ce
qui aura dans l’avenir, d’importantes conséquences sur leur épanouissement, santé et sur notre
société (filles pas scolarisées, charges pour la société, difficulté de vie etc…) alors nous devons lutter
pour celles déjà victimes.
Egalement des actions sociales telles que les campagnes numériques de collectes des
dons(vêtements, chaussures, vivres) sont organisées au sein de l’organisation afin de les
redistribuées aux nécessiteux.

Comme conseil, je dirai qu’il faut croire en soi, mais pas trop. En effet, la confiance en soi n’est pas
quelque chose d’innée, elle s’acquiert en fonction des expériences passées, des échecs, des réussites.
Mais attention, elle est à double tranchant : trop de confiance peut amener à ne plus écouter son
entourage, son environnement et foncer dans le mur.

Signé Kipré Stéphane – Rédacteur à Epistrophe

Comments are closed.

WhatsApp chat